Mon deuxième trimestre de grossesse

Il y a quelques semaines, je te parlais de mon premier trimestre de grossesse. J’ai envie de continuer sur ma lancée et de te raconter la suite de cette aventure.

Mettre des mots sur cette période, écrire et décrire ces moments si particuliers, c’est une façon de me souvenir de cette grossesse. Parce que bon, vu le nombre de neurones qu’on perd en accouchant, et la mémoire de poisson rouge qu’on récupère, je me dis que c’est pas mal de mettre quelques étapes par écrit. Et puis, sur les forums, sur les blogs, je croise beaucoup de futures mamans qui se questionnent sur ces différentes périodes de la grossesse. Alors bon, si ça peut t’aider à imaginer ce qui peut potentiellement t’arriver, viens donc lire mes aventures de petit baleineau en pleine couvade.

Le deuxième trimestre: ce moment que tu attends avec impatience, parce qu’on t’a raconté que c’était le meilleur moment de la grossesse. Bon, je ne vais pas démentir cette croyance populaire, mais je vais quand même tempérer tes ardeurs. Alors oui, c’est mieux que le premier trimestre si, comme moi, tu as la chance de voir tes nausées et autre vomito s’arrêter comme par magie. Mais bon, faut pas rêver, t’es toujours enceinte, plus enceinte qu’avant d’ailleurs, et tout ça ben ça génère pas mal de changements. Plus ou moins bienvenus hein.

En ce qui me concerne, même si globalement je me suis sentie plus en forme que les 3 premiers mois (en rapport avec le vomito susmentionné donc), j’ai eu pas mal de petits maux de grossesse un peu relou. Rien de grave. Mais des petites choses qui, ajoutées à la fatigue, m’ont rendu un poil irritable et geignarde. Tu sais dans le genre qui se plaint du matin au soir. Tu ne vois pas de quoi je parle? Viens parler à L’Homme, il va pouvoir t’en raconter un bout sur le sujet…

Vous aimerez aussi :  Mon troisième trimestre de grossesse… ou la complainte du cachalot…

Parmi ces petits désagréments donc, il y a tout d’abord les insomnies. Réveillée de 3h à 4h du mat’. Tous les jours. Ô joie.
Et puis les maux de tête. Régulièrement. Au réveil. Ou dans la journée. Mais toujours toujours au mauvais moment. Et quand j’étais seule avec Numéro 1 surtout…sinon ce n’est pas drôle…
Et mon bon vieux nerf sciatique qui s’est rappelé à mon bon souvenir. Le fourbe. J’ai fait sa connaissance lors de ma première grossesse. Puis je n’en ai plus entendu parler. Et là, le salaud, qui fait son retour en fanfare. « Coucou, c’est moi, je suis de nouveau là! Quoi? t’es fatiguée? T’as mal à la tête? Tu cours derrière ton 2 ans? Attends, moi aussi je veux participer… Tiens! Prends-ça dans ta fesse gauche! » Heureusement pour moi, ce trouillard est reparti après 2 visites chez mon ostéo… Espérons que ce petit mois passé ensemble lui a suffit, et qu’il ne reviendra pas de si tôt.

Mais voyons le bon côté des choses, j’ai échappé à la gastro qui a terrassé mes hommes pendant une semaine. Yeahhhhhhh! Là, franchement j’ai pensé que j’étais une warrior! Sûrement grâce au cocktail de vitamines prénatales.

Evidemment ça n’a pas duré, et j’ai eu le combo sinusite et laryngite. Yepa! Et donc prise d’antibios pour soigner tout ça vite fait bien fait.

Bon, tu l’auras compris, au niveau physique, le deuxième trimestre n’a pas été particulièrement une lune de miel par ici hein! Et pourtant, je ne sais pas pourquoi, je dois être un peu maso, mais j’aime franchement être enceinte. Malgré tous ces petits maux, j’ai kiffé ces mois passés bien trop vite. J’ai adoré et j’adore encore regarder mon ventre pousser. Voir mon corps changer. Oui je prends du poids, des cuissots, de la cellulite, de la rétention d’eau, des seins énooooormes avec le réseau routier dessiné dessus (Coucou Florence!), mais qu’est-ce que j’aime regarder ce bidon, et me dire que je suis en train de créer un autre humain, bordel!
J’ai senti bébé beaucoup plus tôt pour cette deuxième grossesse, mais c’est réellement pendant ce deuxième trimestre que j’ai senti de vrais mouvements, de vrais coups de pieds. Autant c’est bien relou à 3h du mat’, autant c’est rassurant de sentir bébé bouger et se rendre compte qu’il est en train de grandir en moi.

Vous aimerez aussi :  J’ai testé: les repas pour bébé de P’tit Po’Pays

Je me relis, et je me rends compte que cet article c’est un peu la complainte du baleineau. Du grand n’importe quoi. Un peu comme ce deuxième trimestre en fait!
Allez, je sens que l’article sur le troisième trimestre sera gratiné. Ce sera la complainte du cachalot à ce moment-là…

Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *