Coups de Gueule & Bonne Humeur

Travail à temps partiel: Mythes et Réalité

12 mars 2016
temps partiel travail famille maman deteste

Depuis un an et demi je travaille à temps partiel. Je travaille à 50%. Dans la phrase « Je travaille à 50% » certains comprendront « Je ne travaille pas les autres 50% ». Est-ce que travailler à temps partiel, veut dire que l’on ne travaille pas le reste du temps? Je vous fais un petit bilan dans cet article.

En étant plus jeune, lorsque je m’imaginais avoir des enfants plus tard, je me voyais travailler à temps partiel, de façon à pouvoir passer du temps avec mes enfants et les voir grandir. En vieillissant grandissant, cette idée s’est renforcée, tout en étant consciente que mon souhait ne deviendrait pas forcément réalité. En effet, travailler à temps partiel, cela veut parfois dire faire des concessions sur certaines choses. Il y a l’impact financier qu’engendre le fait de travailler moins. Il y a également le choix de carrière, puisque tous les types de jobs ou toutes les entreprises n’offrent pas des possibilités de travailler à temps partiel.

Je n’ai donc pas construit ma vie ni ma carrière professionnelle dans l’optique de pouvoir travailler moins un jour. Je me suis simplement dit qu’on y penserait le moment venu, et qu’on verrait les solutions qui s’offrent à nous à ce moment-là.

Et puis ce moment est arrivé. Je suis tombée enceinte et le sujet est revenu sur le tapis. Mon désir de pouvoir passer un maximum de temps avec mon enfant était toujours là. Mais j’occupais un poste à responsabilités, et une diminution de mon temps de travail n’était pas possible. J’allais donc soit devoir garder mon emploi, mais cela signifiait travailler à temps complet – voir 120% dans un environnement exigeant; soit quitter mon emploi et trouver autre chose à temps partiel. Nous en avons discuté avec L’Homme qui était prêt à me soutenir dans mon choix, afin que nous options pour la meilleure solution pour notre famille. Mais maintenant qu’on y était, maintenant qu’il fallait prendre une décision, je me suis mise à douter. Moi, travailler à temps partiel?? Est-ce que je supporterais de rester à la maison? Ou au contraire, est-ce que j’arriverais à retourner travailler? Et puis, on devrait mettre N°1 à la crèche…Aïe! Et si cela ne se passait pas bien?!
Nous avons donc décidé d’attendre que bébé pointe le bout de son nez. En Suisse, nous avons un congé maternité de 3 mois. J’ai gratté tous les petits jours de vacances qu’il me restait et quémandé un mois supplémentaire non payé, et j’ai finalement passé 5 mois à la maison avec N°1. Durant ces quelques mois, nous avons réfléchi aux différentes options qui s’offraient à nous:

  • Garder mon emploi à 100%, bien rémunéré, mais chargé en heures supplémentaires, stress et responsabilités. Mais il n’était pas envisageable pour moi de travailler à temps complet pour que quelqu’un d’autre s’occupe de N°1 à notre place. Il faudrait donc que L’Homme diminue son temps de travail. Il n’était pas contre.
  • Quitter mon emploi à 100%, et trouver quelque chose d’autre, à temps partiel. Et passer du temps avec N°1. Oui mais, et si je ne retrouvais pas d’emploi?
  • Quitter mon emploi à 100% et m’occuper de N°1 à temps plein. Pourrait-on se permettre de vivre avec un seul salaire? Si oui, combien de temps?

Après avoir passé 3 mois à la maison, j’y voyais un peu plus clair dans mes choix. C’était une évidence pour moi de passer du temps avec notre bébé. Le temps passe extrêmement vite et je ne voulais pas rater ces moments importants avec mon enfant. Je comprends que d’autres personnes puissent faire des choix différents, ou au contraire, qu’elles n’aient pas le choix. Mais en ce qui me concerne, c’était viscéral. Même si j’avais un meilleur salaire que L’Homme à ce moment-là, et que nous aurions pu vivre avec mon seul salaire, je ne pouvais pas imaginer quitter mon enfant à 7h le matin et le retrouver à 18h le soir. Paradoxalement, je ne me voyais pas m’occuper exclusivement de mon enfant. J’avais l’envie et le besoin de retourner travailler. Besoin d’avoir des challenges, d’être stimulée intellectuellement, et aussi d’avoir ce contact social qu’apporte une activité professionnelle. Cela confirmait donc que je devais me mettre à la recherche d’un emploi à temps partiel.
J’ai commencé par faire jouer mon réseau à l’interne, criant autour de moi que je cherchais un job. Travaillant dans une grande structure, cela valait la peine de tenter le coup. Parallèlement, ma lettre de démission était prête et n’attendait que d’être postée. Et j’ai eu beaucoup de chance, puisqu’on est venu me proposer un poste à 50% dans un autre département. J’étais un peu réticente au départ, car même si je connaissais bien l’entreprise, on me proposait un emploi dans un domaine inconnu pour moi, hors de ma zone de compétences. Et puis je me suis dit que je n’avais rien à perdre à essayer. Comme vous l’avez compris, cela fonctionne plutôt bien puisque j’occupe toujours ce poste 18 mois plus tard.

Mais alors ça fait quoi de travailler à temps partiel? Est-ce que c’est une opportunité en or? J’ai décidé de vous faire un petit bilan de ce qu’on entend souvent et de ce que ça donne vraiment dans la vie réelle (enfin…surtout dans la mienne de vie!).

Quand tu travailles à temps partiel tu es une fée du logis: tu cuisines des petits plats pour ta tribu et ta maison est toujours bien rangée.

Oh que j’aimerais pouvoir vous dire que c’est vrai! Que je suis une supermom et que chez moi on peut manger sur le sol des petits plats préparés avec amour. Mais dans ma réalité, c’est souvent le bordel dans l’appartement et un plat de pâtes à la sauce tomate (en boîte, hein!) pour le dîner. Oui, je sais un mythe s’effondre…
Il y a d’abord une raison logique à cela: Quand on travaille moins, et qu’on passe plus de temps à la maison…eh bien on génère plus de désordre. Ben oui, si tu n’es jamais là, ton appart’ reste nickel (la meuf qui se cherche des excuses bidon…). Mais si tu es à la maison, qui plus est avec un nain-saccageur, tu passes autant de temps à ranger qu’il en met à tout ressortir.
Et il faut alors faire des choix: j’ai 30 min devant moi, vais-je: 1) cuisiner 2) nettoyer 3) faire une activité avec mon enfant? Arrrrrgggghhh dilemme! Je n’ai que 2 bras et une patience à aucune épreuve, donc en général je ne fais qu’une chose à la fois. Du coup, soit c’est propre, mais on a mangé un plat vite fait et on n’a pas vraiment joué (bon N°1 adoooooooore passer l’aspirateur, ça compte hein?). Ou alors on a testé une nouvelle recette, on s’est régalés, mais il y a des jouets plein le salon. Ou on s’est éclatés en faisant de la balançoire, mais on re-mangera des pâtes, et il y a toujours une montagne de jouets dans le salon.
Voilà ma réalité!
Alors oui, toi qui n’est pas encore parent, tu te dis que je suis complètement à la ramasse. Qu’on peut faire de bons petits plats maison en moins de 30 minutes et qu’en passant un petit coup de balai tous les jours la maison reste propre. Oui, mais essaye de faire ça avec un nain dans les pattes! Toutes ces tâches prennent 3 fois plus de temps. Chaque jour t’as l’impression de faire un Iron Man!

Quand tu travailles à temps partiel, tu fais plein d’activités avec tes enfants.

Lorsqu’on travaille moins, je pense qu’on gagne en qualité de vie. On peut passer plus de temps avec ses enfants, c’est vrai. Est-ce que pour autant on fait plein d’activités avec eux? Je pense que cela dépend de son taux d’activité professionnelle et des situations personnelles de chacun. En effet, si les parents eux-même ont d’autres activités personnelles, sportives, musicales, etc….eh bien cela peut vite diminuer le temps passé avec ses enfants.
Ici, mes jours de congés je les consacre à N°1. C’est LA raison pour laquelle j’ai fait le choix de travailler moins. Nous avons des activités programmées chaque semaine (par exemple la piscine), et le reste du temps on s’amuse: on se ballade, on va au parc, on joue à la maison, etc. Mais comme vu plus haut, mes jours de congé je les passe également avec mes amis la lessive, la vaisselle, la cuisine, les courses et le ménage.
Il faut donc trouver le bon équilibre, et parfois savoir remettre certaines choses à plus tard pour pouvoir passer plus de temps de qualité avec nos enfants (c’est grave si je nettoie pas mes sols cette semaine???).
Parallèlement, certains parents travaillent à temps plein, et consacrent entièrement leurs weekends à leurs enfants. Cela demande aussi une certaine organisation. Et à nouveau, je pense que cela dépend de la situation personnelle de chacun.
En travaillant à temps partiel, fatalement on a un revenu moindre. Cela a également un impact sur les activités. Oui on a plus de temps à disposition, mais moins d’argent à dépenser. On doit donc parfois faire l’impasse sur certaines activités payantes.

Quand tu travailles à temps partiel, ton job est accessoire. Il sert à mettre un peu de beurre dans les épinards.

C’est l’avis de certains employeurs. C’est l’avis d’autres mamans. C’est l’avis de certains maris. Parfois c’est vrai. Parfois cela ne l’est pas. Financièrement, un travail à temps partiel couvre souvent à peine les frais de garde. Mais il y a une multitude d’autres raisons pour lesquelles un emploi à temps partiel est bien plus qu’un revenu accessoire: cela évite d’avoir un trou de plusieurs mois ou années dans son CV; on continue d’évoluer professionnellement et d’acquérir des connaissances; on voit des gens qui nous parlent d’autre chose que d’enfants (!); on continue à cotiser pour sa rente de vieillesse; on prend une bouffée d’oxygène loin des couches et des biberons; on s’épanouit ailleurs que dans notre rôle de parent, etc… La liste est longue.

Quand tu travailles à temps partiel, tu fais une croix sur ta carrière professionnelle.

Cette phrase je l’ai entendue de la bouche de certaines personnes dans mon entreprise. En choisissant de travailler à temps partiel tu fais le choix de faire passer ta famille avant le travail.  Hmmm! Excusez-moi mais même en travaillant à 120% ma famille passera toujours avant mon emploi! Travailler à temps partiel c’est aussi faire le choix d’être parent à temps partiel. Oui, si l’on voit les choses dans l’autre sens, on sacrifie du temps avec sa famille, pour son job. En passant moins de temps au bureau que les autres, est-on moins impliqué dans notre travail? Est-ce qu’on est moins productif, ou moins efficace dans notre travail? J’ai travaillé avec des personnes à temps partiel et je peux sans hésitation affirmer que ces personnes sont très souvent plus productives. On a moins de temps, donc on l’optimise. On n’est pas là tous les jours, on rate des informations, donc on est plus proactif. On ne s’absente pas pour aller chez le médecin, puisqu’on y va sur nos jours de congé.
Evidemment, gérer des équipes, être disponible pour des réunions impromptues, prendre des rendez-vous avec des clients, travailler sur différents fuseaux horaires; ce sont des choses qui sont plus difficiles à gérer lorsqu’on ne travaille pas à temps plein. Et puis, dans certains domaines, ou la compétition est féroce, il y aura toujours quelqu’un de plus disponible que vous, qui va essayer de vous passer devant.
A mon sens, carrière et temps partiel sont loin d’être incompatibles. Cela peut même être un plus pour les entreprises. Mais il faut être réaliste avec ses ambitions, avoir un employeur sur la même longueur d’ondes, avoir une charge de travail correspondant à sa disponibilité, et choisir un emploi compatible avec ses choix de vie personnels.

Travailler à temps partiel, cela doit rester un choix personnel. Il faut être conscient de l’investissement que l’on peut donner à un employeur, et être clair sur ses ambitions professionnelles. Il ne faut pas que ce choix devienne une frustration.
En ce qui me concerne, j’ai fait le choix d’avoir un poste avec moins de responsabilités, sans équipe à gérer. Cela me convient parfaitement. Je sais qu’en rentrant chez moi le soir, je « switch off » et je ne pense plus au travail. En revanche, mon chef souhaiterait parfois que je sois plus disponible. Je dois donc régulièrement lui rappeler que ma flexibilité a des limites, et nous devons rediscuter ma charge de travail.

Comment cela s’est-il passé chez vous? Avez-vous fait le choix de travailler à temps-partiel? N’hésitez pas à me raconter en commentaires comment cela se passe chez vous.

A bientôt!
Emilie

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply Flocondeneige 17 mars 2017 at 15 h 31 min

    Bonjour Émilie, je cherche le témoignage de mamans qui ont fair le choix du tps partiel ou qui ont choisi de faire une pause professionnelle. Ton message date d’un an ou en es tu aujourd’hui ? Quelles sont les retour sur ce mi temps?
    J’adorerais prendre un mi temps. Seulement je n’aurai pas l’approbation de la société ou alors j’aurai faux temps partiel avec la gestion du travail chez moi….

    • Reply Emilie 19 mars 2017 at 18 h 48 min

      Bonjour Flocondeneige.
      Alors un an plus tard je travaille toujours à temps partiel…pour mon plus grand bonheur.
      Mon responsable revient régulièrement à la charge pour que j’augment mon temps de travail…mais je tiens bon 😉 J’ai accepté de passer de 50% à 60%, mais je n’accepterai pas plus.
      Je pense que c’est vraiment un choix personnel, et qu’il faut être en accord avec ce choix. En ce qui me concerne, c’était à la fois impensable de continuer à travailler à 100% et également impensable d’arrêter de travailler. En revanche, pour moi garder un pied dans le monde du travail était plus important que le type de travail en lui-même. Donc si j’avais dû démissionner pour prendre un autre emploi, moins bien rémunéré, moins gratifiant, etc. je l’aurais fait.
      Avec mon homme, nous étions également prêt à « réduire » notre train de vie, si je puis dire ainsi. C’est à dire que si j’avais dû quitter mon employeur actuel, avec les avantage sociaux et financiers que j’ai ici, nous étions prêts à prendre un appartement plus petit, vendre une voiture, etc.
      Pour moi, le plus important était de pouvoir passer du temps de qualité avec mon fils, pouvoir prendre le temps de l’élever et de l’éduquer. C’était inconcevable de le laisser à la crèche de 7h à 18h.
      J’ai la chance de pouvoir travailler depuis la maison si je le souhaite. Je pense en effet que cela ne remplace pas un temps partiel. Tu vas gagner sur les temps de trajet, mais tu passeras quand même 8h par jour à travailler. Et tu dois quand même organiser une garde pour ton enfant. Donc pour moi le home office c’est en effet un avantage, mais il ne faut pas oublier qu’en travaillant depuis la maison on a tendance à travailler plus, et à être tout le temps connecté…
      Voilà un peu pour mon cas. Je ne sais pas si cela t’aide. En tous les cas, je pense que quel que soit le choix que tu feras, il faut être en accord avec celui-ci et penser plus loin, c’est à dire à son choix de vie, plutôt que juste au travail. N’hésite pas à aller jeter un oeil sur le blog de Baby Factory qui a récemment publié un joli article sur le retour au travail 😉
      Bises
      Emilie

  • Reply Mistigri 7 juin 2017 at 16 h 53 min

    Hello Emilie, et merci pour ce chouette billet que j’ai lu avec grande attention !
    J’arrive à la fin de mon congé maternité et après ce temps passé avec mon bébé, je redoute le retour au travail tel qu’avant. Quand j’ai demandé de diminuer mon pourcentage, cela n’est pas trop bien passé (c’était vu comme un souci d’organisation) et ça a été accepté pour une durée limitée. Comme toi, j’ai un poste avec des responsabilités et je ne me vois pas rentrer avec plein de soucis/projets en tête… Et du coup, je me demande si le mi-temps ne serait pas ma solution pour voir mon bout-chou grandir… Le papa gagne plutôt bien sa vie et nous avons été effaré des coûts de garde soit en crèche soit avec les nounous. Bref, je m’interroge beaucoup et l’attachement avec mon bébé est tellement ancré maintenant que le crève coeur et le stress au travail m’angoissent d’avance. Surtout que nous souhaitons avoir 2 enfants, et que si ma demande passe déjà mal maintenant, je n’ose pas imaginer comment se déroulera la suite de cette collaboration.
    Conseilles-tu de passer à mi-temps d’après ton expérience ? Est-ce que ton petit est un bonhomme heureux d’avoir sa maman à mi-temps à la maison ? Et ton homme, comment le prend-t-il ? Souhaites-tu poursuivre ton ascension une fois que tes enfants seront plus grands ?
    Merci pour ta réponse 🙂

    • Reply Emilie 9 juin 2017 at 11 h 37 min

      Hello Mistigri,
      Merci pour ton message et félicitations pour la naissance de ton enfant!
      Alors, c’est très difficile pour moi de te « conseiller » quelque chose. Toi seule peut savoir ce qui te convient à toi et à ta famille.
      Je comprends tout à fait ta réticence à retourner travailler, surtout si ton mi-temps a été « accepté » les pieds au mur… Dans mon cas, c’était un poste partagé (nous étions deux à partager le poste à 50%) qui avait été accordé pour une durée limitée de 2 ans. 3 ans plus tard je travaille toujours dans le même département, à 60%, et le job a évolué…. Donc basé sur mon expérience j’aurais envie de te dire d’essayer. Finalement tu as quoi à perdre? Si tu démissionnes maintenant, tu ne sauras jamais ce que l’expérience aurait donné. Alors que si tu te donnes 2-3 mois pour essayer à mi-temps tu pourras ensuite prendre une décision basée sur ton expérience. Au mieux, tu vas découvrir que ce mi-temps c’est ce qui te convient, et peut-être démontrer à ton employeur que cette solution fonctionne pour les 2 parties. Et au pire, si les conditions ne te conviennent pas ou si c’est trop dur d’être loin de ton bébé, tu peux toujours arrêter ou partir et tester autre chose.
      Moi c’est dans cet esprit là que j’ai fait mon choix. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre à essayer. Et que, au moins, je n’aurais pas de regrets concernant une éventuelle situation que je n’aurais jamais connue. Et franchement, pour moi ce mi-temps est la solution idéale. Numéro 1 est content de passer du temps avec moi, et en même temps il adore aller à la crèche. Moi je suis contente car il socialise à la crèche, et moi je socialise au bureau 😉

      Courage! Ce ne sont pas des décisions faciles à prendre, car on les prend pour soi mais aussi pour sa famille. Mais en même temps, voyons le bon côté des choses: nous avons le luxe d’avoir le choix!
      A bientôt
      Bises
      Emilie

  • Reply Annabelle 14 septembre 2017 at 0 h 49 min

    Super cet article ! merci Emilie
    C’est mon grand dilemme à ce jour, je suis au chômage et j’ai commencé une activité de vendeuse indépendante en lingerie (et ça commence á marcher ), en parallèle, j’ai plusieurs propositions d’embauche…soit réintégrer un institut de beauté en temps plein à coté de chez moi (donc le commerce et ses horaires …mais en meme temps mon metier, ma passion) soit travailler sur un petit poste de secrétaire ( à coté de chez moi)et je me dis du coup que j’ai mon activité de vente à côté donc ça peut etre bien …mon bébé de 5 mois est 3 jours chez son assistante maternelle, c’est bien car ce n’est pas trop, cela lui permet une sociabilisation, un eveil different qu’a la maison. Si je reprends à temps plein il y sera plus souvent…je réfléchie beaucoup car je me dis qu’aujourdhui est ce raisonnable de passer à côté d’un Cdi a coté de chez moi et dans ma branche en plus ? Surtout que les deux jours de repos dans la semaine seront des jours oú nous feron plein de chose en famille..je me culpabiliserai de le laisser à une autre dame toutes les journées…même si elle est génial

    • Reply Emilie 17 septembre 2017 at 18 h 25 min

      Hello Annabelle. Merci pour ton message. Oui c’est l’éternel questionnement: trouver le bon équilibre à la fois pour soi-même et pour sa famille. Car évidemment on veut toutes le beurre et l’argent du beurre: passer du temps avec nos enfants, un job qui nous passionne, et des horaires top pour concilier tout ça!
      Je pense que c’est important d’avoir un job qui nous plaît, car tant qu’à faire garder nos enfants par quelqu’un d’autre, autant que ce soit pour aller bosser quelque part où on a du plaisir.
      Bon courage dans ton cheminement et dans ta décision. Ce n’est pas facile. Parfois il faut juste essayer, quitte à changer d’avis ensuite si cela ne nous convient pas.
      Emilie

  • Reply Ptitenoisette 17 septembre 2017 at 22 h 30 min

    Super article qui tombe à un moment plein de questionnement.. en effet je suis maman au foyer avec bébé 1 (je ne trouvais pas de travail dans mon métier et enceinte j’ai eu un cdd dans un autre domaine, cdd terminé juste avant accouchement…) qui a aujourd’hui 14mois.. et c’est là que j’ai une offre d’emploi temps’partiel 50% dans mon domaine… horaires assez bien jours de repos pas de travail de week-ends… mais j’appréhende beaucoup trop!! C’est bizarre des fois je me dis oui c’est bon ça va être super je vais reprendre un peu le boulot mais souvent très souvent je n’ai pas envie de laisser bébé et ma vie actuelle!! Pourtant ça m’arrive de me dire (avant d’avoir l’offre) que temps en temps je travaillerais bien.. je ne me comprends pas. Si je travailles ce n’est pas financier mais surtout éviter le gros « trou » dans le cv.. mais je sais pas j’hésite trop.. mon entourage m’encourage a travailler mais une fois seule c’est un tourbillon de sentiments différents!! Mon fils sera gardé par ma mère si je prends ce poste… je ne sais pas pourtant il a14mois et deja grand il n’est pas tout pztit.. j’ai vraiment besoin de conseils… 🙁

    • Reply Emilie 21 septembre 2017 at 9 h 12 min

      Hello Ptitenoisette. Merci pour ton message.
      Comme je te comprends, c’est difficile de laisser nos ptits bouts!
      C’est toujours difficile de conseiller quelqu’un je trouve, car cela dépend des envies et de l’organisation familiale de chacun. En revanche, je peux te dire ce que moi j’ai fait. Comme toi, j’ai eu une opportunité de travailler à 50%, et comme toi je me suis posé mille questions. Et puis j’ai décidé de tenter le coup. Je n’étais pas 100% convaincue de mon choix, mais j’avais peur de le regretter plus tard si je ne tentais pas l’aventure. Je me suis donc dit, on essaye, on voit comment ça se passe, et si cela ne me convient pas, je démissionne. Voilà.
      Je ne regrette pas d’avoir essayé, car finalement, cet emploi à temps partiel est vraiment ce qui me convient. Et si cela n’avait pas marché, eh bien j’aurais perdu quelques mois loin de mon fils, mais j’aurais ensuite démissionné sans regrets.
      Voilà pour mon expérience. Bon courage dans ton cheminement et dans tes choix. Ce n’est pas facile comme décision.
      Et n’hésite pas à venir me raconter la suite de tes aventures lorsque tu auras fait ton choix.
      Bises
      Emilie

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :